Single
template part visite

Visite guidée du jardin des Tuileries

  • Jardin des Tuileries, " L'Ami de personne " du sculpteur suédois Erik Dietman.

  • Jardin des Tuileries: La Renommée montée sur Pégase, d'Antoine-Coysevox.

  • Jardin des Tuileries: apogée des massifs d'annuelles.

  • Jardin des Tuileries: chèvres broutant dans le-saut-de-loup.

  • Jardin des Tuileries, famille de poules d'eau sur le bassin d'un éxèdre.

Un peu d’histoire

Devenue veuve et régente de France, la reine Catherine de Médicis commença en 1564 la construction d’un palais digne de son rang.

Un long jardin à l’italienne se terminant contre de nouveaux remparts viendra compléter l‘édifice.

Dans ce jardin Bernard de Palissy créa une grotte fantastique décorée de céramiques naturalistes, hélas disparue.

Son astrologue lui ayant prédit qu’elle mourrait près de st Germain et constatant que son palais dépendait de la paroisse st Germain l’Auxerrois, la reine abandonna son chantier et déménagea près des Halles.

Le roi Henri IV compléta partiellement le palais en créant une aile vers le sud qu’il fît relier au Louvres par la galerie du bord de l’eau.

Il fit également installer une orangerie et une magnanerie dans le jardin et planter des cyprès d’Italie qui hélas gelèrent lors d’un hiver rude.

C’est Louis XIV qui fit terminer le palais en créant l’aile nord pour obtenir une symétrie parfaite.

Après la crue de la Seine de 1658 qui détruisit entièrement le jardin, le roi donna carte blanche à André le Nôtre pour refaire une œuvre à la mode du temps.

L’idée géniale du paysagiste fut de créer une perspective en ouvrant le rempart, l’allée centrale du jardin se poursuivant visuellement jusqu’à notre actuel arc de triomphe de l’étoile.

Il fit également creuser quatre bassins, créa les parterres et le grand couvert et fit construire la terrasse du bord de l’eau pour protéger le jardin des crues.

Le dessin du jardin n’a guère changé depuis cette époque.

Sous la Régence le parc a accueilli des statues, absentes auparavant et encore visibles de nos jours.

Tous les rois de France vivront dans le palais lors de leurs séjours parisiens.

Durant la Révolution, Jacques Louis David fit installer deux exèdres prolongés de bassins dans le jardin et plus tard Napoléon III fit creuser un fossé séparant son jardin privé du reste du parc devenu public.

Les derniers grands aménagements ont eu lieu dans les années 1990, avec l’intervention des paysagistes Louis Benech et Pascal Cribier et l’installation de sculptures contemporaines.

Choses remarquables.

Les bâtiments de l’orangerie et du jeu de Paume, les statues anciennes et contemporaines, les exèdres, les terrasses, les bassins, les jardins et l’arc de triomphe du Carroussel, la pyramide du Louvre…

Faune

L’arc de triomphe du Carroussel abrite une colonie d’hirondelles de fenêtre et des faucons crécerelles nichent sur le musée du Louvre.

Sur les bassins ont peut observer mouettes, goélands et hérons cendrés.

Près des exèdres nichent poules d’eau et canards colverts.

De nombreux nichoirs ont été installés dans les arbres et accueillent des petits passereaux.

Flore

On trouve dans le jardin de très beaux ormes ayant survécu à la graphiose, ainsi que des mûriers rappelant les plantations d’Henri IV.

Très classiquement tilleuls et marronniers sont majoritaires, mais de nouvelles essences ont été introduites ces dernières années au nord du grand couvert.

 

→ Retrouvons nous à la grande entrée du jardin sur la place de la Concorde, métro Concorde, ligne 1, 8 et 12.