Single
template part visite

Balade naturaliste autour du bassin de la Villette

  • Balade-naturaliste-à-la-Villette,-bassin-depuis-la-rotonde-de-Ledoux.

  • Balade-naturaliste-à-la-Villette,-Cormoran-sur-le-bassin.

  • Balade-naturaliste-à-la-Villette,-rotonde-de-Ledoux-depuis-le-bassin.

  • Balade-naturaliste-à-la-Villette,-street-Art-sur-une-péniche.

  • Balade-naturaliste-autour-du-bassin-de-la-villette.

UN PEU D’HISTOIRE

La Villette n’était qu’un petit village sur la route des Flandres quand Napoléon 1er décida du creusement des canaux de l’Ourcq, st Denis et st Martin.

Le canal de l’Ourcq avait surtout pour vocation d’alimenter en eau des fontaines parisiennes et des bains publics, tandis que le canal st Denis, achevé en 1821, allait permettre d’approvisionner Paris en marchandises remontant la Seine.

Sous la Restauration, le bassin de la Villette était un lieu de détente bordé d’arbres et de guinguettes où les classes populaires pratiquaient la baignade l’été et le patinage l’hiver, bien que déjà des industries s’installaient, notamment des raffineries alimentées en sucre de canne des Antilles et en sucre de betteraves du nord.

Dès le règne de Louis Philippe une organisation rationnelle des abords du bassin fût adopté avec la construction de magasins numérotés, de 15m de large et espacés de 20m, le long d’un quai de 8 m, tandis que parallèlement la population du village s’accroissait, nécessitant la construction de l’église st Jacques-st Christophe, achevée en 1844.

Sous Napoléon III, de nouveau entrepôts et usines furent construits à proximité du port, dont un immense bâtiment intercalé entre la rotonde de Ledoux et le bassin, ainsi qu’une gare de petite ceinture et des halles à bestiaux et des abattoirs de part et d’autres du canal de l’Ourcq.

Après le rattachement de la Villette à Paris en 1860 et l’épisode de la Commune de 1871 qui allait voir de nombreux entrepôts partir en fumée, la capitale décida dans les années 1880 une modernisation radicale du bassin dont le tirant d’eau fût porté à 3,20m.

Près du pont de Crimée, de nouveaux entrepôts ( dont l’un est encore visible aujourd’hui ) furent installés à la place de ceux incendiés et le passage entre les deux bassins fût élargi.

Des bâtiments provenant de l’exposition universelle de 1878 sur le Champs de Mars furent réinstallés tout le long du bassin, leurs marquises métalliques abritant les marchandises entreposées sur les quais. Deux d’entre eux subsistent de nos jours et accueillent des cinémas.

En 1882, la Villette était le 4e port français en tonnage après Marseille, le Havre et Bordeaux et 2000 ouvriers travaillaient  encore dans 3 raffineries de sucre.

Au XXe siècle, l’activité portuaire déclina, surtout orientée vers les matériaux de constructions, le bois le charbon et les engrais.

L’entrepôt situé près de la rotonde de Ledoux fût détruit en 1935 et l’espace dégagé devint une gare routière.

Dans les années 1970, après l’arrêt des abattoirs de la Villette et la quasi fin du trafic fluvial, la Ville de Paris décida une réorientation des abords du bassin vers des projets faisant la part belle à des immeubles d’habitations et de bureaux ainsi qu’aux activités de loisirs.

La place de la bataille de Stalingrad fût entièrement remodelée par l’architecte Bernard Huet entre 1988 et 1989 puis à nouveau réaménagée en 2006.

Durant notre balade nous découvrirons les toutes dernières activités installées dans le quartier, notamment des jardins partagés, dont celui de l’église orthodoxe st Serge, la  » Charmante petite campagne urbaine  » et la « Ferme du rail ».

CHOSES REMARQUABLES

La rotonde de Ledoux, la fontaine de Georges Jeanclos, les cinémas dans des vestiges de l’exposition universelle de 1878, les horizons suspendus de Dominique Labauvie, l’église st Jacques- st Christophe, le square Serge Reggiani et son kiosque à musique, la péniche librairie  » l’eau et les rêves « , le jardin partagé  » Charmante petite campagne urbaine « , la ferme du rail, l’église orthodoxe st Serge et son jardin partagé…

FAUNE

Une colonie de moineaux a investit le kiosque à musique du square Serge Reggiani tandis que de nombreux goélands, cormorans, canards et mouettes évoluent sur le bassin.

FLORE

Les arbres, arbustes et fleurs, tant sauvages que cultivées seront très diversifiés tout au long de notre parcours.

=> Retrouvons nous sous le métro aérien, à la sortie du métro Jaurès, ligne 2.