Single
template part visite

Balade naturaliste dans le quartier de Belleville

  • Jardin de Belleville, allée fleurie.

  • Jardin de Belleville, ancienne enseigne d'une crèche de la fin du XIXe siècle.

  • Jardin de Belleville, belvédère dominant le jardin.

  • Jardin de Belleville, fougère arborecente.

  • Jardin de Belleville, massifs et belvédère.

Un peu d’histoire

Comme souvent dans les anciens quartiers faubouriens de Paris, les limites actuelles de Belleville ne sont qu’une petite partie du territoire historique de l’ancienne commune, disparue en 1860.

D’abord appelé Savies, puis Poitronville , le village, riche en sources, a très tôt envoyé ses eaux vers des grandes abbayes parisiennes, des regards disséminés sur le territoire en témoignent encore.

Les autres richesses du village, comme sur la plupart des collines du nord est parisien, étaient les vignes, les moulins et les carrières de gypses.

Ces dernières s’étaient beaucoup développé après un décret de Louis XIV imposant l’usage du plâtre pour isoler les immeubles parisiens après le grand incendie de Londres en 1666.

Après la construction du mur des Fermiers généraux, les parisiens avaient pris l’habitude de monter à Belleville pour déguster un vin peu cher dans les courtilles, des vergers ombragés propices au repos et au délassement, loin des bruits de la grande ville.

Très vite, on prit aussi l’habitude d’y danser dans des bals et des guinguettes et on y organisa au XIXe siècle une parade carnavalesque resté fameuse.

Après l’explosion démographique du XIXe siècle, la construction hâtive de nombreux immeubles et le rattachement à Paris en 1860, des îlots insalubres furent identifiés dans le quartier dès 1909 et des opérations de rénovation urbaine furent initiées à partir des années 60.

De nos jours, le quartier est très contrasté en matière d’architecture et humainement très cosmopolite, ce qui en fait tout son charme.

Choses remarquables

Cimetière et réservoir de Belleville, petite cité des année 30 près du métro Télégraphe, regards de la lanterne et st Martin, place des fêtes, église ND des Coptes, Villa et studio de l’Ermitage, jardin de Belleville, rue Denoyez…

Faune

Nous pourrons entendre de nombreux passereaux chanter dans les petits jardins et les goélands appeler sur les toits du quartier.

Dans le ciel planerons peut être les faucons crécerelles nichant sur l’église de Ménilmontant ou les éperviers venu des Buttes Chaumont.

Flore

Les arbres intéressants seront surtout visibles dans le parc de Belleville, mais nous verrons aussi des plantations remarquables dans la Villa de l’Ermitage et ponctuellement tout le long de notre parcours.

 

⇒ Retrouvons nous à l’angle de la rue du Télégraphe et de la rue de Belleville, à la sortie du métro Télégraphe, ligne 11.