Single
template part visite

Balade naturaliste dans le quartier de la Chapelle

  • Quartier de la Chapelle, façade de la halle Pajol.

  • Quartier de la Chapelle, faucons crécerelles sur la Basilique ste Jeanne-d'Arc, photo de Jean Claude N'Diaye.

  • Quartier de la Chapelle, jardin Rosa-Luxemburg.

  • Quartier de la Chapelle, jeux d'enfants, rue du-Département.

  • Quartier de la Chapelle, portail du Shakirail.

Un peu d’histoire

Le nom de ce quartier nous rappelle la présence autrefois, d’un petit village devenu ville de 44000 habitants écartelée en 1860 entre Paris, st Ouen, st Denis et Aubervilliers.

Idéalement placé entre les collines de Montmartre et des Buttes Chaumont, un hameau s’est d’abord développé autour de sa chapelle, qui aurait été édifiée par sainte Geneviève pour accueillir les restes de st Denis, avant leur transfert vers la Basilique royale édifiée au nord de Paris.

Entre la Chapelle et st Denis se tenait  au moyen âge la fameuse foire du Lendit à la réputation européenne.

Lieu de passage des marchands, des armées et des rois en route vers leur dernière demeure, le village a accueilli Jeanne d’Arc qui en avait fait son quartier général durant le siège de Paris.

Au XVIIe siècle, trois personnages originaux ont fréquenté la Chapelle : Louise de Marillac, dont la maison se trouvait à la place du café actuel «  le Capucin « , le poète Claude-Emmanuel Lhuillier, dit Chapelle, ami de Molière et soupirant de Ninon de Lenclos, et l’historien Mezeray qui fréquentait l’aubergiste Lefaucheur.

 

Au début du XIXe siècle, le village accueillit un grand marché aux bestiaux avant son transfert à la Villette et en 1820, il y avait tant de troupeaux dans la grande rue du village que le convoi funèbre du duc de Berry mit toute la journée pour rejoindre la basilique de st Denis.

Après la création des gares du nord et de l’est, la ville connu un développement économique et démographique important, passant d’environ 15000 personnes en 1846 à 44000 lors de son rattachement à Paris en 1860.

De nos jours, le quartier est toujours fortement marqué par les emprises ferroviaires, certaines cédant la place à de nouvelles infrastructures comme la Halle Pajol, la Chapelle international ou la Chapelle Charbon.

De nouvelles communautés continuent de s’installer dans le quartier, notamment celles venues d’Afghanistan et d’Afrique de l’est.

Nous y découvrirons aussi de nombreux jardins partagés, reflets d’une intense vie associative.

Choses remarquables

L’hôtel Cube et son bar de glace, le théâtre de la Reine Blanche, le jardin partagé du Bois Dormoy, l’église Notre Dame de Chaldée, le temple de Ganesh, le jardin Rosa Luxemburg, le square de Jessaint géré par Emmaus Solidarité, le square de la Madone et son puit artésien, le jardin partagé Ecobox…

Faune

Sur les voies ferrées vivent des rouges queues noirs et sur la basilique Ste Jeanne d’Arc nichent chaque année un couple de faucons crécerelles.

Les bassins du jardin Rosa Luxemburg sont fréquentés par des canards colverts.

Flore

Le square de la Madone abrite de beaux Pterocarya du Caucase et près de la halle Pajol nous verrons des micocouliers de Provence, des Cornus controversa et des arbres de Judée.

⇒ Retrouvons nous devant le théâtre des Bouffes du Nord, à la sortie du métro La Chapelle, ligne 2.