Single
template part visite

Balade naturaliste dans le quartier de la Goutte d’Or

  • Quartier de la Goutte-d'Or, gardien des sodas, rue de Jessaint.

  • Quartier de la Goutte d'Or, Magnolias près de l'église st-Bernard.

  • Quartier de la Goutte d'Or, plan du quartier sur l'Echomusée.

  • Quartier de la Goutte d'Or, Président-Obama sur un salon de coiffure.

  • Quartier de la Goutte-d'Or, printemps dans la Villa Poissonnières.

Un peu d’histoire

Ce quartier est né au XIXe, aux confins de la ville de la Chapelle, séparée de la ville de Paris par le mur des fermiers généraux, et de la commune de Montmartre par la rue des Poissonniers.

En fait, deux hameaux ont formé le futur quartier : le hameau de la Goutte d’Or près de la porte des Poissonniers et le hameau st Ange, un peu plus à l’est.

Sous Louis Philippe, le quartier est devenu très industriel grâce à la présence de la gare du nord toute proche, et accueillit  les usines de Monsieur Cavé fabricant des locomotives ou celles de Monsieur Pauwels, des machines à vapeurs.

De nombreux ouvriers venant du nord et de l’est de la France se sont installés dans des immeubles ou des hôtels meublés construits en toute hâte par des investisseurs.

L’église historique St Denys de la Chapelle étant devenue trop petite pour accueillir cette nouvelle population, on décida  la construction de l’église St Bernard, devenue le cœur du nouveau quartier.

En 1860, un décret de Napoléon III repoussa les limites de Paris aux fortifications construites sous Louis Philippe.

L’ancien mur des fermiers généraux disparut et l’on créa le 18e arrondissement en mariant de force la ville de La Chapelle ( 44000 habitants à l’époque ), la ville de Montmartre et le hameau de Clignancourt.

Le quartier de la Goutte d’Or devint l’un  des quatre quartiers du nouvel arrondissement.

De nouveaux habitants s’y installèrent, parfois venus de très loin : juifs russes et polonais, puis maghrébins à partit de l’entre deux guerres, africains d’Afrique de l’ouest dans les années 60 et d’Afrique centrale à partir des années 80, chaque communauté ouvrant des commerces qui font aujourd’hui la spécificité et l’originalité du quartier.

En grandes transformations architecturales depuis les années 90, il accueille désormais des jardins partagés, des magasins de mode et de nombreux lieux dédiés à la musique.

Choses remarquables

L’ancien cinéma Barbès palace, l’église st Bernard, l’Institut des Cultures d’Islam, le centre FGO Barbara, la Villa Poissonnière, les anciens lavoirs transformés en théâtre ou en habitations, l’ancien site du cimetière Marcadet, le marché Dejean…

Faune

Nous verrons les volailles de la friche de l’association la Table ouverte et celles du magasin la Ferme parisienne.

De nombreuses colonies de moineaux prospèrent dans le quartier où viennent chasser le faucon crécerelle et l’épervier d’Europe.

Flore

Les jardins partagés la Goutte verte et l’Univert accueillent une population de vivaces et d’arbustes variés tandis que le square Léon abrite, tulipier de Virginie, Eucalyptus australiens ou palmiers de Chine.

De très beaux Magnolia grandiflora embellissent les abords de l’église st Bernard.

 

⇒ Retrouvons nous devant le cinéma Louxor, à la sortie du métro Barbès Rochechouart, lignes 2 et 4.

 

J’ai créé, en partenariat avec l’ICI, de nombreuses balades à la Goutte d’Or, sur des thèmes variés : la musique, la poésie, l’Islam, l’Algérie ou l’Afrique noire.

Vous pouvez les demander à l’Institut en allant sur ce site, je serai votre guide !

https://www.institut-cultures-islam.org/visites-guidees-de-la-goutte-dor/