Single
template part visite

Balade naturaliste dans les jardins partagés du 18e

  • Jardins partagés du 18e: Commun jardin dans le jardin Rosa-Luxemburg.

  • Jardins partagés du 18e: fête au jardin l'Univert.

  • Jardins partagés du 18e: jardin d'Emmaus solidarité.

  • Jardins partagés du 18e: accueil au jardin partagé Ecobox.

  • Jardins partagés du 18e: jardin partagé Ecobox.

Un peu d’histoire

Les jardins partagés sont apparus à Paris à la fin des années 90, souvent sous forme de lieux initiés par des artistes.

En 2002, l’association Graine de jardins, qui fédère les jardins partagés d’ïle de France et dont le siège est dans le quartier de la Goutte d’Or, a accompagné des élus parisiens à New York pour y observer les relations entre la Ville et ses «  community gardens « .

S’inspirant de la charte «  Green thumbs «  newyorkaise, la Ville de Paris a créé en 2003 la charte «  Main verte « qui régit les rapports entre la Ville et les jardins partagés signataires.

Notre balade concernera les quartiers de la Goutte d’Or et de la Chapelle où sont implantés de nombreux jardins partagés d’âge et de styles très variés.

Nous verrons ces jardins

La friche de l’association la Table ouverte, le jardin d’insertion l’Univert, le jardin de l’association la Goutte verte, initié en 2006 par l’artiste suisse Rahel Hegnauer, les pieds d’arbres plantés par le collectif Magnolias, le square de Jessaint géré par Emmaus Solidarité, le Bois Dormoy, le Commun jardin de l’association Vergers Urbains, le Jardin Ecobox créé par l’Atelier d’architecture autogéré en 2001.

 

Faune

Outre les oiseaux communs qui vivent dans ces jardins, nous observerons peut être le couple de faucons crécerelles qui niche dans la basilique ste Jeanne d’Arc.

Les insectes y sont également nombreux, les pesticides n’étant pas de mise dans ces jardins.

 

Flore

Fruits et légumes sont les vedettes des jardins partagés où l’on aime également les fleurs, tant sauvages que cultivées.

 

⇒ Retrouvons nous devant le cinéma Louksor, à la sortie du métro Barbès Rochechouart, lignes 2 et 4.