Single
template part visite

Visite guidée du jardin d’Eole

  • Jardin d'Eole: buglosse d'Italie dans le jardin de graviers.

  • Jardin d'Eole: canards colverts au dessus du canal.

  • Jardin d'Eole: jardin partagé " le Trèfle d'Eole ".

  • Jardin d'Eole: moucharabieh de l'artiste Carmen Perrin.

  • Jardin d'Eole: octobre au-jardin.

Un peu d’histoire

Dans un quartier dédié au XIXe siècle aux industries et au stockage des marchandises, car situé entre les voies de chemin de fer de l’Est et le bassin de la Villette, est né, non sans mal, le jardin d’Eole.

Situé sur la cour du Maroc, c’était son nom administratif, le site de 4,2ha était une friche SNCF dans les années 1990.

Plusieurs associations, dont «  les jardins d’Eole «  ont milité pour que cette friche soit transformée en jardin public mais la SNCF souhaitait réindustrialiser son bien.

Finalement, à l’automne 2001, la société acceptait de vendre 30 000 m2 à la Ville de Paris pour la création d’un jardin mais se réservait le reste pour l’installation d’un entrepôt de boissons.

Pendant ce temps, la friche était investie par les associations et les riverains qui y organisaient événements et pique niques, autour du chapiteau du Cirque électrique.

L’été 2002, une nouvelle solution était trouvée : les entrepôts seront enterrés sous le jardin, ce qui permettra d’investir tout le terrain et de créer un relief  bienvenu sur ce site très plat.

Après un appel d’offre, c’est l’équipe de feu Michel Corajoud et son épouse Claire qui sera sélectionnée pendant que sur le terrain était entreposé le matériel du RER EOLE ( Est Ouest Liaison Expresse ), raison du nom poétique du jardin .

Finalement, après des années de lutte, le jardin sera inauguré le 12 mai 2007 par le maire de l’époque Bertrand Delanoë.

C’est un des meilleurs représentants des nouveaux jardins écologiques de la Ville, avec le jardin des Grands moulins-Abbé Pierre et le jardin Martin Luther King.

Choses remarquables

Le moucharabieh de briques de l’artiste Carmen Perrin, le canal, le jardin de gravier, les pavillons XIXe siècles, le théâtre de verdure, les fresques du terrain de jeu, le jardin partagé « Trèfle d’Eole »…

Faune

Le jardin est un terrain de chasse pour les éperviers et les faucons crécerelles, tandis que de nombreux oiseaux viennent manger les baies des arbres et arbustes du jardin.

Des canards colverts nichent dans les plantes aquatiques du canal dans lequel s’ébattent de nombreux poissons, dont des «  amours blancs «  asiatiques.

Le héron cendré est parfois aperçu à la pêche.

Flore

Le parc est ombragé d’arbres intéressants comme les micocouliers, féviers d’Amérique, sorbiers, liquidambars etc.

 

⇒ Retrouvons nous à la grande entrée du parc, 56 rue d’Aubervilliers, métro Stalingrad, ligne 2.